Un refuge de gorilles, la forêt tropicale humide peut être ouvert à la recherche de pétrole au Congo

ENVIRONNEMENT RESSOURCES

La République Démocratique du Congo est l’un des plus grands pays du monde à se demander s’il convient d’ouvrir des pans entiers de deux des parcs nationaux à l’exploration pétrolière.

Une décision d’autoriser une recherche de pétrole brut peut menacer le Parc national Virunga , qui abrite un grand nombre des quelque 1 000 gorilles de montagne encore en vie, et Salonga National Park, le deuxième parc national du monde, la plus grande réserve de forêt tropicale humide.

Un comité est en train d’être Congo a été créé pour débattre de la proposition alors que le Congo prévoit d’augmenter de 25 000 barils de pétrole brut par jour qu’elle produit à partir de les blocs de pétrole vieillissants le long de la côte de l’océan Atlantique.
« Nous sommes en train de mettre sur pied un projet de commission inter- institutionnelle a déclaré dans une interview dans la capitale, Kinshasa. Emmanuel Kayumba, chef d’état-major au sein de la Commission au sein du Ministère des Hydrocarbures.

Les gorilles de montagne sont en danger critique d’extinction, selon l’étude de la African Wildlife Foundation, basée à Nairobi. Il s’agit principalement des régions de l’est du Congo, ainsi que dans les pays voisins de l’Ouganda et de l’Afrique de l’Ouest.
Au Rwanda, ils servent d’attraction pour les touristes qui paient pour aller dans les forêts pour voir les singes. Les Virunga abritent plus de 600 gorilles de montagne. On compte plus de 170 gardes forestiers ont été tués en gardant les animaux sur le terrain ces deux dernières décennies. Salonga a été créée en 1970 pour protéger les espèces endémiques comme le singe bonobo et le paon du Congo.

Zones protégées

Le ministère recrute des membres de la présidence, le parlement et le gouvernement, ainsi que des organisations de la société civile, a dit M. Kayumba. La commission recommandera la question de savoir si les autorités doivent ou non poursuivre le rétrécissement des deux parcs pour permettre l’exploration et la production dans des zones qui sont actuellement protégés, a dit M. Kayumba.
En février, le président Joseph Kabila a approuvé un contrat de production
partagé entre l’État et la Compagnie à participation restreinte
Minière Congolaise SPRL, ou Comico, pour trois blocs de pétrole dans la région de la Région de la Cuvette Centrale. Les sections des permis limitent la frontière sur
Salonga, alors qu’une partie d’un permis se trouve à l’intérieur du périmètre du parc.
Dans l’est du Congo, deux concessions non attribuées sont soit entièrement ou partiellement à l’intérieur des frontières des Virunga.
Basé à Londres, Soco International Plc a renoncé à l’un des permis — Block 5 — in
2015 sous la pression des groupes environnementaux. « La RDC s’est engagée à ne pas produire de pétrole l’exploration ou la production dans les zones protégées », a déclaré M. Kayumba. »Même si la commission arrive à la conclusion que nous pouvons d’explorer ou produire du pétrole, nous le ferons dans le respect des lois et des lois et de la réglementation en vigueur, qu’elle soit locale ou internationale. »

Enquête publique

Toute décision de modifier la classification des parties de la Virunga et Salonga devraient être soutenues par un audit environnemental et une enquête publique devant les Congolais. Le cabinet en charge de cet audit devra l’approuver. Selon Kayumba. « C’est une longue procédure », a-t-il dit.
Le Congo a depuis longtemps prévu d’augmenter la production par l’émission de
dans le centre et l’est du pays et a passé une nouvelle licence d’exploitation.
en 2015, mais les progrès ont été lents. Le Ministre du Pétrole Aimé
Ngoy Mukena a présenté une séance d’information au gouvernement à la fin mars pour ce qui concerne l’exploration pétrolière potentielle dans les zones qui se trouvent actuellement à l’intérieur de la zone d’intervention des deux parcs.
Monsieur Mukena a demandé au gouvernement de lui permettre de mettre sur pied la commission d’étudier la possibilité de déclassification d’environ 15 000 kilomètres carrés (5 792 milles carrés), soit approximativement 40 pour cent de la Salonga et environ 1 700 kilomètres carrés, soit 22 % pour cent, des Virunga, selon le briefing du cabinet.
Le 8 juin, le cabinet congolais a décidé  » d’accepter le rapport du ministre de l’Intérieur  » et la proposition de création d’une commission interinstitutionnelle », a confirmé Kayumba. Le ministère a déjà contacté le World Wildlife qui cogère la Salonga et le Fonds pour la conservation de la faune. La société, qui soutient les deux parcs.

Licences Virunga

Le WWF n’a pas été contacté par le ministère du pétrole et est en attente d’une invitation à contribuer à la commission, a déclaré Dandy Yela, son porte-parole au Congo, par SMS. Le WCS et la direction des Virunga n’a pas répondu immédiatement aux demandes pour commentaires.
Alors que les entreprises, dont les noms Kayumba a refusé de faire de faire
public, ont exprimé leur intérêt pour les licences à l’intérieur des Virunga, le gouvernement résoudra la question de la déclassification avant de délivrer les permis, a-t-il dit.

Les scientifiques ont récemment découvert le plus grand centre tropical du monde.
tourbières de la Cuvette Centrale et disons des milliards de tonnes d’émissions de
le dioxyde de carbone pourrait être libéré s’ils sont détruits. « Nous prendrons en compte la présence des tourbières dans tous nos hydrocarbures fonctionnent », a dit M. Kayumba.

Source William Clowes – Bloomberg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *