Mali Twist, l’hommage de la Fondation Cartier au photographe malien Malick Sidibé

ACTUALITES SOCIETE

En 1995, la Fondation Cartier pour l’art contemporain présentait la première exposition monographique du photographe malien Malick Sidibé hors du continent africain. Un an après la disparition de l’artiste le 14 avril 2016, elle lui rend hommage avec Mali Twist*, une grande exposition rétrospective de 250 photographies accompagnée d’un ouvrage, conçus et dirigés par André Magnin en collaboration avec Brigitte Ollier.

À l’époque, Malick Sidibé parcourt les soirées de la capitale avec son Kodak Brownie Flash pour photographier cette jeunesse découvrant les danses venues d’Europe et de Cuba. Un vent de liberté souffle sur Bamako. Les couples se déhanchent sur du twist, du rock’n’roll et des musiques afro-cubaines. Les jeunes filles portent la minijupe et les garçons le patte d’éléphant « Tous les vendredis et samedis soir, des surprises-parties étaient organisées, il fallait le dernier vêtement à la mode, le meilleur 45 tours. Malick devait être là pour que la fête commence. On voulait être photographié. C’était l’œil de Bamako, tout le monde le connaissait et il connaissait tout le monde », explique André Magnin, commissaire de l’exposition, ayant contribué à faire connaître le travail de l’artiste en Occident. Le lendemain, les jeunes se retrouvent sur les rives du fleuve Niger pour se baigner et pique-niquer toujours devant l’objectif de Malick Sidibé. « Malicki », comme on le surnomme alors, devient le « reporter de la jeunesse ». Témoin privilégié des soirées bamakoises des années 1960-1970, il photographie en noir en blanc la vie culturelle et sociale de sa ville en pleine effervescence depuis l’indépendance du Mali en 1960.
« Après la proclamation de l’indépendance, il y avait beaucoup d’espoir, d’euphorie et de liberté. Les jeunes avaient besoin de ces fêtes pour s’émanciper. La photographie était une manière de s’affirmer et de reprendre le contrôle de son image », témoigne l’écrivain malien Manthia Diawara, qui a grandi dans le même quartier que l’artiste, « un grand frère » pour lui.

Fils de paysan peul, Malick Sidibé est né en 1935 à Soloba, un village au sud de Bamako, près de la frontière guinéenne. Après un passage à « l’école des Blancs », il obtient son CAP à l’École des artisans soudanais puis son diplôme d’artisan-bijoutier. À 20 ans, il est repéré par Gérard Guillat, dit « Gégé la pellicule », qui l’engage pour décorer son studio. L’apprenti réalise ses premiers portraits de clients maliens. En 1962, le photographe autodidacte ouvre le « Studio Malick » dans le quartier de Bagadadji, près de la grande mosquée. Son magasin devient vite l’endroit incontournable de la capitale pour se faire tirer le portrait. Bergers, boxeurs, adolescents apprêtés, enfants déguisés pour le carnaval, Malick Sidibé photographie ses modèles d’un œil toujours complice.

Je n’aime pas la tristesse en photographie, c’est la misère

« Le client compte beaucoup sur moi, il faut le rassurer. L’embellir. Je regarde comment il se tient, on blague ensemble, il y a toujours du cousinage. Il faut de la confiance. Et du bonheur. […] Je n’aime pas la tristesse en photographie, c’est la misère », confiait-il à la journaliste Brigitte Ollier lors d’une interview en 1997.

En 1995, la Fondation Cartier présente la première exposition de l’artiste hors du continent africain. Quelques années plus tard, Malick Sidibé est le premier Africain à recevoir le prix de la photographie Hasselblad. En 2007, il reçoit, les larmes aux yeux, un Lion d’or d’honneur pour l’ensemble de sa carrière à la Biennale de Venise.

L’exposition réunit pour la première fois ses photographies les plus exceptionnelles et emblématiques ; des tirages d’époque réalisés par lui-même de 1960 à 1980 ; un choix de « chemises » rassemblant ses prises de vue de soirées ainsi qu’un ensemble de portraits inédits d’une beauté intemporelle. Véritable plongée dans la vie de ce grand photographe, cet ensemble exceptionnel de photographies en noir et blanc révèle comment Malick Sidibé a su saisir, dès le début des années 1960, la vitalité de la jeunesse bamakoise et imposer son style unique, reconnu aujourd’hui dans le monde entier. Le titre de l’exposition, Mali Twist, fait référence à la chanson éponyme du chanteur et guitariste malien Boubacar Traoré, sortie en 1963.

Les Soirées Nomades

Pendant toute la durée de l’exposition, les Soirées Nomades invitent des artistes, des musiciens et des penseurs maliens, toutes générations confondues, à dialoguer avec l’oeuvre de Malick Sidibé. Concerts, bals populaires, marionnettes traditionnelles, studio photo ambulant ou encore rencontres autour de la musique et de la danse viendront rythmer l’exposition comme autant de projets et de voix faisant écho à la joie de vivre qu’inspirent les photographies de Malick Sidibé.
A ne manquer sous aucun prétexte.

Source Le Point Sophie Douce
Commissaire d’exposition : André Magnin
Commissaire d’exposition adjointe : Brigitte Ollier

Mali Twist – Du 20 octobre 2017 au 25 février 2018
Fondation Cartier pour l’art contemporain
http://www.fondationcartier.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *