Malgré les turbulences, on avance

EDITO

Albert Yuma, président du conseil d’administration de la Gécamines, a réagi avec vigueur aux accusations contre la société par le récent rapport du Centre Carter.

Non seulement il a réfuté point par point les principales conclusions du rapport, mais il a également présenté les audits sur les partenariats de la Gécamines et développé les grandes lignes d’une nouvelle stratégie. En bref, la GCM veut redevenir maître de son propre destin, acquérir des parts importantes dans ses partenariats (avec un minimum de 49 %) et redevenir une force productrice majeure du secteur minier au lieu de rester une société de portefeuille. A la veille de la grand-messe annuelle de Mining Indaba, c’est une importante prise de conscience de la Gécamines. Reste à savoir comment les principaux investisseurs et autres acteurs du secteur réagiront. Affaire à suivre…

En attendant, nous ouvrons nos pages à une activité économique, moins connue, mais néanmoins indispensable au bon fonctionnement du secteur minier et de nombreuses autres activités : le Catering dans les mines, les sites d’exploration, les compagnies aériennes et les grandes entreprises. Ce secteur génère annuellement près de 100 millions de dollars rien qu’au Congo. Nous y consacrons un dossier spécial.

Merci à tous, lecteurs, annonceurs, pour votre fidélité à Mining & Business l’an passé. Et au nom de toute la rédaction, je vous souhaite une année 2018 des
plus prospères et heureuses.

Georges Brasseur
Rédacteur en chef

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *